Publié : 21 juillet 2011
Format PDF Enregistrer au format PDF

le DIMA (Dispositif d’initiation aux métiers par alternance).

Le public concerné

La formation s’adresse à des élèves volontaires ayant atteint l’âge de 15 ans, qui peuvent déjà avoir un projet d’orientation vers la voie professionnelle, que ce soit sous statut scolaire ou par la voie de l’apprentissage.

La demande d’accès à cette formation doit être effectuée par l’élève et ses représentants légaux au Principal du collège.

Le conseil de classe examine cette demande et donne un avis. Cet avis se fonde, notamment sur les résultats scolaires, sur la motivation de l’élève, sa maturité et sa capacité à poursuivre l’acquisition du socle commun de connaissances et de compétences par cette formation.

L’entrée d’un élève en formation, que celle-ci soit implantée en CFA ou en lycée professionnel (LP), doit être autorisée par l’Inspecteur d’Académie, après examen de la demande de l’élève et de sa famille et de l’avis du conseil de classe.

Une fois que l’accord est donné, le Principal organise avec le LP ou le CFA le dispositif DIMA pour la rentrée suivante.

Pour la durée de la formation, l’élève est sous l’autorité du proviseur du LP (ou du directeur du CFA) mais reste inscrit dans notre collège.

Durée et organisation de la formation

La formation, qui présente les caractéristiques d’une formation en alternance partagée entre l’établissement de formation et le milieu professionnel, permet prioritairement la poursuite du socle commun de connaissances et de compétences (Palier 3) en s’appuyant également sur la découverte des métiers et des formations.

Un document de liaison est établi pour assurer le suivi de l’élève (dans lequel figurent les activités réalisées en entreprise, les compétences du socle...).

Les enseignements dispensés au cours de la formation sont des enseignements généraux, technologiques et pratiques auxquels s’ajoutent des stages en milieu professionnel dans une ou plusieurs entreprises.

Les stages accomplis en milieu professionnel sont des stages "d’initiation" ou "d’application" d’une durée annuelle de 8 à 18 semaines au plus pour une année de formation.

Le Code du Travail précise : "Il est interdit d’employer des travailleurs de moins de 16 ans, sauf s’il s’agit (...) d’élèves qui suivent un enseignement alterné ou un enseignement professionnel durant les deux dernières années de leur scolarité obligatoire, lorsqu’ils accomplissent des stages d’initiation, d’application ou des périodes de formation en milieu professionnel. Une convention doit être passée entre l’établissement d’enseignement dont relève l’élève et l’entreprise."

Au cours des stages d’initiation, les élèves effectuent des activités variées et, sous surveillance, des travaux légers autorisés aux mineurs par le Code du Travail. Au cours des stages d’application, les élèves peuvent procéder à des manœuvres ou manipulations sur des machines, produits ou appareils de production nécessaires à leur formation. Ils ne peuvent accéder aux machines, appareils ou produits dont l’usage est proscrit aux mineurs par le Code du Travail.

Au cours et à l’issue de la formation

Les élèves suivant une formation d’initiation aux métiers en alternance ont la possibilité de se présenter :

- Au diplôme National du Brevet (DNB) en qualité de candidat individuel.
- Au Certificat de Formation Générale (CFG), en qualité de candidat scolaire.

A l’issue de la formation, de même qu’à tout moment au cours de la formation, plusieurs possibilités peuvent se présenter :

L’élève qui remplit les conditions prévues par le Code du travail demande à poursuivre ses études en apprentissage : signature d’un contrat d’apprentissage de 2 ans pour préparer un CAP ou de 3 ans pour préparer un Bac professionnel.

L’élève demande à poursuivre sa formation, avec l’accord de son représentant légal. Il peut le faire soit en retournant au collège, soit en lycée professionnel pour préparer un CAP en 2 ans ou un Bac professionnel en 3 ans.

Pour les élèves souhaitant interrompre la formation, les directeurs de CFA ou les chefs d’établissement veillent à ce que les élèves puissent poursuivre, le plus rapidement possible, leur scolarité obligatoire dans un collège ou tout autre établissement dans lequel l’Inspecteur d’Académie les aura affectés.